Une école catholique

L’École Sainte-Anne est une école catholique. Quelques aspects de la Charte et les éléments structurants de la vie de l'école méritent d'être explicités sous cet angle fondamental.

Parce qu'elle est une école et aussi parce qu'elle est catholique, l'accomplissement du devoir d'état y est mis particulièrement à l'honneur, car c'est bien en réalisant leur devoir d'état, c'est-à-dire en s'instruisant, que vos enfants, nos élèves, se sanctifient.
La pédagogie des Cours Sainte-Anne (lecture, analyse, exercices, mémorisation et restitution), en rendant l'élève capable de « donner le meilleur de lui-même dans la quête de l'excellence intellectuelle » (Charte), concourt particulièrement bien au développement des vertus qui font un bon élève et un bon chrétien : la promptitude à se mettre au travail, la constance à y demeurer, l'application qu'on lui consacre. C'est l'amour de la vérité et la vérité de l'amour, à hauteur de livre et de cahier, car ces vertus ne sont rien d'autre que celles par lesquelles saint François de Sales décrit l'amour « quand il est parvenu jusques au degré de perfection auquel il ne nous fait pas seulement bien faire, mais nous fait opérer soigneusement, fréquemment et promptement » (Introduction à la vie dévote).

Parce qu'elle est catholique, l’École Sainte-Anne veut enseigner les vérités révélées par Jésus-Christ et enseignées par l’Église, ce qu'entreprennent les cours de catéchisme.
Si les années de Primaire ne sont pas encore le temps, pour les élèves, de consciemment ordonner les savoirs à la Vérité suprême, le contenu et la manière d'enseigner certains cours en posent cependant les bases : ainsi l’enseignement des sciences ne se cantonne pas à décrire ou à expliquer, mais invite, au moins implicitement, à l'admiration de la création et donc du Créateur ; l'enseignement de l'histoire n'apprend pas simplement la chronologie de la France, les événements notables et les personnages marquants, mais il essaie de « donner le sens du droit naturel, de la vie politique juste, de la patrie, de la collaboration entre les patries, de la soumission de nos patries charnelles au Christ-Roi » (Père Calmel, École chrétienne renouvelée)... sans encombrer, bien évidemment, les jeunes esprits de faits et de perspectives non adaptés à leur âge. Sans oublier les cours de français qui, dans le choix des textes,  entendent aussi mettre en valeur les bons sentiments et de vraies exigences morales.

Les prières quotidiennes et les messes régulières manifestent plus explicitement le fondement et l'élan chrétiens que l'école veut donner à chaque journée, à toute une année, au parcours scolaire d'un enfant.

«  Le Christ occupe la première place à l'École Sainte-Anne, puisque, Vrai Dieu et Vrai Homme, Il est aussi le seul vrai Maître, qui œuvre avec douceur et Charité » (Charte).